Panic End
LES CRISES D’ANGOISSE !
PEUT-ON VRAIMENT EN ARRIVER A BOUT, LES ELIMMINER ?

à partir de la page un


Pour faire ce pas -le pas de consciemment vouloir voir GRANDIR la crise d’angoisse et de la vivre à son PIRE niveau- vous devez finalement vraiment croire et avoir confiance que cette peur est fausse ; en avoir raz le bol des mêmes crises et des mêmes sensations que vous rencontrez trop souvent. Vous aurez peut-être peur sur le moment, mais vous devez être absolument déterminé de suivre votre peur jusqu’à la « source » de l’angoisse et de tous ces démons effrayants, et de cette peur de ne jamais en revenir sain d’esprit. Je pourrais décrire en détail ce que vous imaginez J Et comme moi, vous l’aurez imaginé 100 fois pire que la réalité. Cela PARAÎT horrible et terrifiant, mais il n’en est rien. C’est sincèrement surprenant ! Le château de cartes de l’angoisse dégringole parce que vous êtes allé jusqu’au bout de votre peur, complètement, sans douter. La peur n’était que l’appréhension de la peur ; c’était ça la raison de votre angoisse, de votre panique. Les crises d’angoisse se révèlent être ni plus ni moins qu’un cercle vicieux, une façon de penser en rond, une BOUCLE SANS FIN ! Elles étaient faites de 100% d’appréhension et rien d’autre - NADA...RIEN du tout ! L’angoisse cesse tout d’un coup et vous ressentez le calme immédiatement. Et alors, vous réalisez que vous pouvez faire ça à chaque fois. Il n’y a plus d’INCONNU. Ce conflit interne d’AVOIR PEUR DE VOUS-MÊME est terminé. Vous êtes passé au travers de l’appréhension, vous êtes remonté à la source de la peur et vous n’y avez rien trouvé. Ce conflit interne est, je crois, la raison pour laquelle les crises d’angoisse demeurent en nous si longtemps. Votre système nerveux n’aime pas du tout ce genre de conflit.

Vous voulez des preuves ? Si vous voulez que l’angoisse revienne, essayez donc de la faire revenir..., vraiment, suppliez-la : vous ne POUVEZ PAS la faire revenir ! Essayez ! Maintenant, essayez aussi de vous concentrer pour AVOIR une crise d’angoisse. Ce n’est PAS POSSIBLE !

Vous voyez comment ça marche ? Quand vous VOULEZ avoir une crise d’angoisse, vous ne pouvez pas et quand vous avez peur d’en avoir une...elle vient. Ceci est bien la preuve que les crises d’angoisse sont faites d’appréhension. Et c’est aussi le moyen de les faire disparaître.

J’ai souffert de crises d’angoisse de façon intermittente pendant 15 ans et j’ai finalement réalisé qu’elles n’empiraient pas- elles grandissaient petit à petit mais toujours jusqu’au même point : le moment de peur que je craignais TANT que j’aurais fait presque N’IMPORTE QUOI pour le faire disparaître et qui m’a fait bien souvent éviter les endroits ou les situations qui me semblaient le créer. Au bout de 15 ans - toujours la même sensation ! Je me suis souvent demander ce qu’il y avait après cette sensation de peur ? Mais je n’avais pas envie d’aller voir. Ou bien ensuite je me disais, « Bon ça y est, j’accepte » - mais en fait, pas du tout ! Je doutais encore et je me « jouais le jeu » du ‘je m’en fous’.

Être de l’autre côté de la peur vous donne cette force dont la source est : comprendre. Savoir que vous voulez vous DÉBARRASSER de ces combats. CECI EST IMPORTANT : vous ne pouvez pas rendre une crise d’angoisse PIRE par vous-même. Elle EST déjà au pire. C’est pour ça que lorsque je dis : « Allez avec la crise, laissez-la devenir la pire crise que vous ayez jamais eue, rien ne peut vous arriver ! Vous avez déjà fait maintes fois l’expérience du pire, et pourtant vous voulez fuir à chaque fois, vous voulez que la crise disparaisse en pensant « s’il te plaît, s’il te plait, va t’en... je deviens fou, je perds le contrôle, je vais mourir (...ou quelque chose comme ça) ». L’intensité de la peur vous fait perdre la tête ! Vous devez inverser la vapeur et « approcher » cette peur avec le plus de confiance que vous pouvez trouver en vous en ce moment de peur et d’angoisse (en fait, il en faut juste un petit peu). Laissez cette peur vous envahir et faire ce qu’elle veut ET (quand vous vous sentez prêt) SOYEZ DÉTERMINÉ À ESSAYER DE RENDRE CETTE PEUR LA PIRE POSSIBLE. !!!!! Ce n’est tout simplement pas possible.

Une remarque dont je me souviens toujours à propos de l’anxiété/la panique : vous êtes à 180 ºC de devenir fou (‘’dingue’’). Une personne déclarée folle n’a aucune notion, aucun sentiment d’être folle et n’est certainement pas super-concentrée pour contrôler son sentiment de peur. Beaucoup de crises commencent par l’inquiétude d’une certaine sensation, telle que palpitation ou arithmie, muscles fatigués, vision trouble, étourdissement, mal de tête ou nausée. Cette sensation vous rappelle d’autres expériences. Donc, plus d’anxiété. Et alors la pensée catastrophe qu’il y a vraiment quelque chose QUI NE VA PAS vous envahit totalement. Vous, anxieux, effrayé et un tant soit peu perfectionniste, vous essayez un peu trop d’être en contrôle, TROP ATTENTIF, vous êtes convaincu QUE VOUS ÊTES VRAIMENT MALADE ! Eh non, vous ne l’êtes pas ! Tout ce que vous ressentez à une explication physique, une raison parce que votre système nerveux est en ‘’état d’alerte’’. Vous exagérez votre sensation et pensez que ce qui vous arrive DOIT être vraiment grave et QUE VOUS TOMBEZ ENCORE PLUS DANS LA FOLIE ! Ce sentiment d’être « à côté de vos pompes » est sans doute là car vos neurotransmetteurs sont exacerbés par votre inquiétude constante. Mais vous exagérez ce sentiment et en faîtes la preuve que vous devenez rapidement fou. Vous voyez le cercle vicieux ?

Vous êtes à l’opposé de la folie. Vous êtes VRAIMENT sain d’esprit et cherchez trop le contrôle pendant ce moment de tension et de stress intense. (La «Cognitive Behavior Therapy» vous apprend à reconnaître cette « tendance à la catastrophe" et à la remplacer par un raisonnement. ‘’C’est seulement un malaise passager ou une sensation qui va passer’’.) Considérez votre crise d’angoisse comme une soupape émotionnelle, car en fait c’est ça ! Mais c’est différent de pleurer, par exemple, parce que vous maintenez ce niveau d’émotion en continuant d’en avoir peur, en l’examinant. Vous espérez contrôler la peur CONSCIEMMENT.

Mais finalement, simplement LÂCHER PRISE, ABANDONNER, laisser la crise d’angoisse vous envahir et en fin de compte la défier en essayant de la porter à son pire niveau...cela casse le cercle vicieux et vous replace dans votre centre, là où la peur est viable. En abandonnant le contrôle, vous prenez le contrôle. C’est bizarre comment ça marche. Au moment où vous comprenez cette simple vérité sur votre peur...vous prenez le contrôle de la situation. Mes années d’angoisse et de panique ont pris fin en moins d’une minute après avoir complètement et absolument abandonné, et défié la sensation de panique d’atteindre le pire. Ça a marché ! Je sais que cela ne reviendra pas car j’ai gagné en me laissant perdre la bataille. Je suis complètement débarrassé de ces crises d’angoisse depuis plus de 9 ans. En fait, j’aimerais qu’elles reviennent pour prouver encore et encore que je connais la solution. Malheureusement, elles ne reviennent pas, elles ne peuvent pas... car je n’ai plus peur d’elles et la ‘peur’ sous forme d’appréhension en était la base. Sans peur elles n’existent pas.

Vous devez comprendre et croire que votre esprit et votre corps sont stables et solides comme un roc. Quand vous « «pensez » mourir ou devenir fou à cause de votre anxiété, de vos angoisses, tout ce que votre corps fait c’est ATTENDRE que vous stoppiez cette lutte interne pour qu’il puisse retourner à la normale. C’est votre processus interne naturel. Votre corps (dont votre esprit fait partie) ne demande qu’à retrouver son état normal, sans conflit, sans tension, SI vous lui en laissé le loisir ! DONC, laissez-le faire !!!! Arrêtez de lutter contre ces crises d’angoisse et soyez prêt à en «mourir», si c’est de ça que vous avez peur !! Allez-y, faîtes l’essai ! vous n’en mourrez pas. Vous n’avez rien à perdre sauf la peur elle-même ! Mais vous devez cultiver cette attitude - abandonner la lutte, abandonner tout et laissez-vous porter là où vos sentiments vous mènent, où que ce soit. Et alors vous verrez qu’il n’y a vraiment PAS de combat à gagner ou à perdre. Simplement un retour à la normale. Rétrospectivement, cela a l’air si simple. J’espère que vous pouvez le faire aussi ! Chaque fois que vous vous sentez anxieux ou que vous avez peur de l’inconnu...vous saurez vous laisser emporter par cette peur là où elle veut vous mener, et vous abandonner à elle complètement. Et voilà comment arrêter tout cela, et comment le «contrôler» !

Note supplémentaire : J’ai aussi remarqué, pour les autres autant que pour moi-même, que l’estomac est certainement un lieu de réaction de vos émotions, et même parfois un accélérateur. Votre estomac ne présente pas forcément un ulcère, mais plutôt une paroi irritable à cause de l’acidité provoquée par la peur, et/ou un blocage du tube digestif (colon)...ceci est provoqué par un état «d’alerte» permanent résultant d’une anxiété généralisée. Selon un rapport dans le magazine « General Hospital Psychiatry » de mars/avril 2002, les personnes souffrant d’angoisse sont trois fois plus sujettes aux nausées que d’autres. Si vous avez l’impression que votre appareil digestif réagit trop à vos crises d’angoisse (nausée, écoeurement, spasmes, crampes, estomac douloureux), vous devriez consulter un médecin. Un appareil digestif détendu peut avoir des conséquences merveilleuses sur votre état mental !

Je dois le répéter ENCORE UNE FOIS. Cet abandon à votre peur est vraiment difficile à accepter. En fait, je parie que vous allez simplement essayer de «laisser passer» la crise passivement en pensant que c’est le maximum que vous pouvez supporter ! C’est un bon DÉBUT ! Mais la vraie réponse est plus dans l’INCONNU ! Là où il semble si terrible d’aller voir. Aller consciemment VERS le centre de votre peur plutôt que de «laisser faire», c’est ça ‘‘le territoire inconnu’’ et, croyez-moi j’ai attendu trop longtemps avant d’y aller. J’ai passé les dernières années à «accepter» et «me laisser porter», ce qui était seulement tolérer et éviter. Quand vous êtes prêt, j’espère que vous irez vers ce ’’territoire inconnu’’. Je l’ai traversé et tout m’a alors paru tellement clair...ET j’ai regretté de ne pas l’avoir fait plus tôt. J’ai étudié cette méthode pendant des années. Toute la logique et la raison m’ont CONDUIT à constater CECI :

· Vous crée votre propre peur.

· Cette peur est une peur DE la peur - les crises d’angoisse (appréhension).

· Sans la peur de ces crises, elles n’existent pas.

.Pour perdre cette peur, vous devez vraiment la vouloir (pas seulement LAISSER. FAIRE mais VOULOIR INCONDITIONNELLEMENT les sensations que provoque la peur), la vouloir à son paroxysme pendant aussi longtemps qu’elle veut être là, autrement dit NE PAS SE CACHER.

·Vous devez aller vers elle et VOULOIR avoir la pire expérience de votre vie ! Ne vous le dîtes pas simplement, vous devez Y CROIRE -100%- peu importe ce qui arrivera !

Et alors PRESTO ! Il n’y a plus rien. Votre peur se nourrissait d’elle-même, comme un cercle vicieux. Et vous l’avez interrompue !